12 mars 2008

Sous les battements du coeur

Écouter le battement sourd
D’un cœur
Creux
Contre lequel se jette la pluie
Frapper sa peau tendue
Qu’elle résonne
Le long des tubes artères,
Qu’elle comprime la poitrine
De ses échos

Écouter s'empreindre l'orage
Sur l'âme
Le laisser résonner,
S'étendre, se feindre,
Jusque sous la peau.
Écho.
La percussion sourde,
Martellement irrégulier
De larmes
Sur les carreaux de pluie.

Sentir se creuser les courses
Des gouttes
Sur les parois ruisselantes
Et trembler
Jusqu’au plus profond
De cette cavité
Gorgée des vibrations du tonnerre
Qui se dessine dans les angles
De sourires tristes

Sentir vaciller, un instant
Au bord du gouffre
La chute en dessous l'eau,
Profonde
D'un coffre de percussion.
Puis s'ouvrir au souffle lointain,
S'espacent doucement
Les cris du tambour
Au bruit d'un courant d'air

Dilater ses poumons
Inspirer pleinement l’air humide
D’après la pluie
Gonfler
Gonfler le creux du cœur
Du vent qui s’expulse
Et gicle dans les yeux
Des nuages
Pour que se lève au ciel
Une tempête de soleil

Ouvrir le regard aux bourrasques
Du vent délacé
Vers les voiles trop pleines
Étourdies,
Déportées.
Étendre ses deux bras
Au devant du soleil
Battre son cœur au rythme retrouvé,
Cadence sans contrainte
D'un sourire mouillé.

(Claire / Yann)

Posté par Soupirs à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Sous les battements du coeur

Nouveau commentaire